Les rêves sexuels

reves sexuels
Facebooktwittergoogle_plus

Dans ce chapitre nous établirons une frontière nette entre deux genres de rêves distincts : le rêve expressément érotique et le rêve à contenu sexuel, le premier se faisant abusivement passer pour le second. En fait ce n’est pas le rêve qui se fait abusivement passer pour ce qu’il n’est pas, il fait convenablement son boulot. Lui.
Un rêve qui met en scène tout à fait clairement un acte sexuel n’est pas un rêve qui traite de la sexualité, aussi nettes soient ses images ou le ressenti du rêveur. En ce cas la difficulté sera grande, principalement quand c’est le rêveur lui-même qui tente de comprendre son rêve, de ne pas être entraîné inexorablement sur une (fausse) piste sexuelle. Le ressenti et la scène du rêve en sont si convaincants . . . Un rêve érotique – je devrais dire faussement érotique – va de la plus classique à la plus hard fantasmagorie libidineuse ; au point que, parfois, le rêveur ait une compréhensible réticence à raconter son rêve.
Pourtant ce genre de rêve, assez courant somme toute, ne fait qu’user des artifices habituels du rêve. Lui qui se sert d’images fait simplement un choix d’images très très fortes. Un exemple : un pseudo agent immobilier de la côte, pas celle de la flibuste pourtant, se voit en train de faire l’amour . . . avec . . . de tout . . . des femmes, des hommes ( ?). Il sait pourtant que trivialement faire l’amour se dit baiser, et que ce n’est pas beau – même si c’est terriblement tentant – de baiser ainsi son prochain ou sa prochaine.
Il ressort de ce rêve, pour un mâle au sens classique du terme, qu’il est mal venu de se laisser aller à « baiser tout le monde », y compris un autre homme, un concurrent professionnel, et . . . pourquoi pas, un collègue.
Ce qu’il ressort de ce rêve c’est la jouissance que l’on peut ressentir à baiser quelqu’un, mais alors y’a comme un défaut. En fait c’est l’attirance qu’on ne devrait pas avoir pour telle ou telle chose.
Il est assez simple d’étendre ce premier constat à l’intimité qu’on viole, au fait de forcer des gens à faire des choses qu’ils n’ont pas envie de faire, ou a abuser d’eux, à l’amour passionnel que l’on éprouve pour une chose . . . ou que l’on devrait éprouver pour une chose honorable, ainsi que nous l’expliquerons dans un deuxième temps.
Il est à remarquer que ces rêves – s’ils sont lus au premier degré, selon les images qu’ils nous présentent – ne seraient, en ce cas, plus cryptés. Ce qui serait plutôt atypique puisque les rêves sont ordinairement incompréhensibles. Non, en fait ils sont bien cryptés comme tous les rêves, c’est pourquoi il ne faut pas se laisser abuser par ces images et artifices de façade afin de tenter d’entrevoir ce qui se cache derrière. Certains ne réussiront jamais à se décoller de cet attrape traducteur, puissent les autres se défaire de cette compulsion. Mais pour autant que je sache les rêves où l’on vole n’ont rien à voir avec l’aéronautique et personne n’est dupe. Quelques exemples à la suite vous permettront de mieux vous approprier ce principe :
– Un rêve très courant parmi les jeunes gens d’aujourd’hui est celui-ci : ils rêvent d’une scène d’amour physique avec une belle et pure jeune fille inconnue, toute de blanc vêtue. Bien sûr qu’ils ne la connaissent pas cette jeune fille puisqu’elle n’existe pas dans la réalité et pourtant, si elle est là, c’est qu’elle représente quelque chose ? Mais vous, à la place du rêve, comment feriez-vous pour inciter, sans utiliser la parole, un jeune homme  à trouver la pureté plus attirante que le joint de cannabis, sachant que votre petit point faible est l’Allégorie ?
Ce qui ressort de ce rêve est l’attirance que ces jeunes devraient avoir pour la pureté.

– Une jeune fille était très choquée par ce rêve récurrent qu’elle faisait plusieurs fois par mois : Du lycée elle se retrouvait directement captive chez un vieillard louche et muet – elle savait qu’il était muet, mais elle ne savait pas comment elle le savait – qui la violait. Pour la délivrer son père, tout sourire, payait une rançon au type. On peut redire que pour une lycéenne un quadragénaire n’est guère jeune, alors pensez ! un quinquagénaire que le scénariste du rêve place dans son casting ? Un vieillard, voila ce qu’il peut en faire ! Or notre jeune fille deux fois par semaine directement après ses cours au lycée, allait effectivement voir un monsieur âgé d’une cinquantaine d’années. Le rêve n’opère pas de transition entre ces deux séquences différentes, ici entre la vie au lycée et la suite, c’est assez déroutant d’autant que l’on semble instantanément tomber de son quotidien estudiantin dans l’incompréhensible drame. Ce monsieur, on doit le reconnaître n’était que le psychanalyste de sévices service appliquant à la lettre le principe de non intervention durant la cure : presque pas un mot durant une heure, voila pour son mutisme. Notre étudiante, à peine plus volontaire que cela pour une psychothérapie, n’avait guère envie de se dévoiler, elle vivait cette heure comme une captivité, et le fond de ces séances comme une intrusion dans son intimité. Comme un viol moral. Son père pensant faire pour le mieux s’acquittait de la note le sourire aux lèvres avec la satisfaction du devoir accompli, et elle n’osait pas exprimer ce qu’elle ressentait préférant, pour ne pas décevoir ses parents, dire grand bien de sa thérapie.
Ce rêve est donc la simple illustration d’un viol moral (imposé) qui demande à cesser. Les horribles rêves de viols gravitent autour de cette notion de choses qui nous sont imposées, ou encore des abus que l’on exerce ou fait subir aux autres.
– J’ai le vague souvenir du rêve d’un vendeur à la sauvette qui se faisait violer par deux filles. En fait il s’agissait de deux « boulots » qu’il avait accepté de faire faute de mieux, mais qui l’amenaient à filouter les gens. J’ai traduit son rêve, il a rigolé, m’a refilé la babiole qu’il voulait me vendre et m’a dit de déguerpir tout de suite.
Ce qui ressort de ce rêve faussement érotique est la simple illustration d’actes imposés (et acceptés, car il est assez ardu de se faire violer par deux filles, sans être un tant soit peu motivé:) aux conséquences très désagréables. De plus ce rêve mêle ingénieusement le fait positif d’avoir deux boulots et celui négatif qui en découle, de rouler les gens, il suffit d’imaginer les affres de ce rêveur. Argh ! ! Pitié ! Encore !

Le surlendemain de cette rédaction, dans le quotidien l’Yonne républicaine du 24 mars 2006 voici ce que je peux lire en vue d’une conférence/débat qui doit être donnée le soir même. Guy Gilbert « le prêtre des loubards » est questionné par une journaliste qui lui demande « s’il leur parle de sa foi » ?
Je ne leur en parle jamais directement, il serait indigne de ma part de les fourrer dans ma religion. Ce serait comme un viol. Etc.
Nous pourrions dire qu’avec ce dernier exemple la messe est dite: en ce qui concerne ce genre de rêve faussement sexuel.
On peut étendre ces constats à tous les rêves (faussement) érotiques. Ils sont destinés à nous choquer mais n’ont donc aucun rapport avec la sexualité, excepté dans leurs images osées de chez osé. Ils servent à nous dépeindre deux idées reliées à l’attirance. Ce pourra être l’attirance que nous devrions avoir, ou tout au contraire l’attirance que nous ne devrions pas avoir, pour quelque chose – et pas quelqu’un -. En élargissant ce principe cela montrera aussi le refus de certaines choses, la compromission par exemple ; refus qui devrait exister comme allant de soi mais pour lesquelles le rêve intervient en cas de mauvaise appréciation initiale.
Rappelons-nous que ces rêves nous apparaissent bien comme sexuels et qu’il sera très difficile pour notre esprit d’être rompu à opérer un transfert sur le plan effectif, sur le plan concerné qui est initialement ignoré. Je crois que ce travail sera facilité si l’on part de l’idée principale qui déclenche un tel genre de rêve, de quoi est-il question ? D’une attirance, d’une connivence, d’un dégoût, d’une répulsion, d’un acte forcé . . . il me semble que l’idée peut s’en dégager facilement à condition de désincarner l’action et de la conceptualiser en somme. Ensuite le ou les autres personnages du rêve nous mettront sur la piste de l’idée qui est en cause dans ce rêve. Les personnes que nous connaissons, parce qu’elles nous apparaissent spontanément avec leurs qualités ou défauts dominants, peuvent être utilisées par le rêve pour représenter ces points clés . Il peut en être de même pour des inconnu (e) s : je rêvais d’une attirance contenue pour une patronne de café qui n’existe pas. Cette dame représentait les boissons alcoolisées et mon attirance pour elle, pour sa personne, mon appétence pour ces boissons. Le rêve restait plus que soft car en fait je bois modérément, mais à l’époque je me disais qu’il serait bon que je me modère davantage.
Rappelons-nous qu’un rêve de vol ne concerne pas plus l’aéronautique qu’un rêve érotique ne concerne la sexualité.

Un rêve sexuel n’apparaît pas en tant que tel.
Le véritable rêve sexuel, celui qui évoque la sexualité une fois traduit, est tout à fait anodin, rien en apparence n’en indique la véritable nature. Parfois, en dépit de ses images assez plates, il déclenche une forte émotion bien incompréhensible au rêveur, qui ne voit pas en quoi son rêve de trois fois rien a pu le remuer à ce point.
Le rêve sexuel, le seul – méfiez-vous des imitations – use exclusivement de symboles pour représenter le sexe masculin ou le sexe féminin. De même l’acte sexuel n’est jamais figuré en tant que tel, auquel cas nous retomberions invariablement dans un rêve (faussement) érotique.
S’ils sont innombrables, les symboles sexuels masculins partageront cependant des caractéristiques communes qui nous permettront de les reconnaître. Ici encore l’analogie et les jeux de mots seront évocateurs et nous serons souvent à la limite de la grivoiserie lorsque nous les évoquerons.

Le sexe masculin est avant tout représenté par des objets capables de pénétrer dans le corps humain en le blessant. Tous les objets aiguisés : couteaux, bistouris (pensez à bistouriquette), poignards, dagues ; lances et autres armes blanches correspondent sensiblement à cette description. Vigilance cependant car la mise en scène et les péripéties du rêve peuvent vous amener à perdre de vue ce principe essentiel de l’objet capable de pénétrer dans le corps humain en le blessant, en le perforant ou en le coupant. Pourtant la rêveuse, puisqu’il s’agit normalement en ce cas d’une rêveuse, n’oubliera jamais de mentionner cet élément qui peut être presque accessoire. C’est à vous de le repérer. S’injecter (sous-entendu avec une seringue) de la drogue dans le bras gauche a nettement une connotation sexuelle, le côté gauche, qui est celui des sentiments, renforçant cette idée. Etre piquée par une rose ou mordue par un serpent est du même style. Le serpent étant marqué sexuellement; relevons cependant que le serpent peut évoquer un homme fourbe ou potentiellement dangereux.
Les objets de forme allongée telle la canne, le parapluie et qui plus est le parapluie télescopique capable de se déployer de viagresque façon représenteront aussi le sexe masculin Je nuancerai, notamment à propos du fusil ou du pistolet qui sont souvent cités, il faut veiller à n’y voir que l’expression de la virilité ou de l’affirmation virile de la personne quand c’est suffisant ; je n’ai pas – jusqu’à présent – jugé utile de relier ces mentions à la sexualité agissante. Ils peuvent n’indiquer que la masculinité, la virilité d’un caractère, le reste du rêve portant toutes les mentions utiles à vous déterminer. Je viens de lire, pratiquement à la minute, un rêve ou un gros pistolet était tenu dans la main gauche par un être monstrueux . . . si une piste sentimentale est évidente je ne me permettrai pas d’être inquisiteur et d’aller fouiner du côté de la sexualité de l’internaute féminine qui soumettait son rêve. Vous aurez également compris que ce petit bouquin n’a pas la prétention d’être définitif, la position sociale actuelle de son auteur ne lui permettant pas d’explorer plus avant quelques recoins du rêve. Rassurez-vous vous avez fort à faire avec ce qui est présenté en l’état.
Les dames qui font la nuit des rêves d’hommes armés les poursuivant le sont le jour durant par les assiduités de ces messieurs. Par exemple un couteau long et fin représentera un monsieur longiligne, un couteau suisse pourrait évoquer un helvète ou un roi de la bricole, un couteau à huître un ostréiculteur, un couteau à découper les tartes aux pommes en huit figurera un coupeur de tartes aux pommes en huit:. Cela pour vous dire que s’interroger sur la nature de cet objet, si quelques détails apparaissent, est instructif.
Les robinets et tuyaux sont susceptibles de représenter le sexe masculin. Les grivoiseries, gauloiseries et autres plaisanteries bien grasses recourent spontanément à tout ce florilège de bananes, carottes, gourdins et autres fusées à têtes chercheuses que chacun comprend bien. Point n’est besoin d’avoir lu le moindre ouvrage traitant de symbolique ou de psychanalyse.

Le sexe féminin est représenté par tout ce qui peut contenir, par les objets de forme concave pouvant contenir quelque chose : autre objet, liquide ou denrée par exemple. Pratiquement toute la vaisselle répond à cette description, non pas parce qu’on l’associe à la maîtresse de maison, mais de par le fait qu’il s’agit de contenants : que ce soit la tasse, le bol, un saladier, une cuvette ou une casserole (ne dit-on pas que c’est dans les vieux pots que l’on fait de la bonne cuisine ?). Les chaussures, les sacs à mains ou autres sacs de toutes natures, les cartons, les gants, les boîtes simples ou à bijoux . . . la liste en est inépuisable. J’ai vu figurer trois espèces de vases étrusques relatives aux trois anciennes conquêtes d’un monsieur. Une dame m’évoqua un panier que, spontanément, tout en rattrapant le mot, elle faillit comparer à une hotte de Père Noël, tant il pouvait y avoir d’illusion dans son rêve. Comme pour les éléments masculins, à mon sens, ici il peut n’être fait mention que de la féminité et non pas de la sexualité féminine. Actuellement, du fait de nos croyances culturelles beaucoup de femmes aux alentours de la cinquantaine cherchent partout leur sac à main. Nous savons tous qu’un sac à main de dame – un contenant – renferme tous ses trésors personnels ainsi que ce qui pourrait la définir sur différents plans. De sa simple identité jusqu’à sa carte de crédit en passant par son téléphone portable qui la relie au reste du monde, tous ces emblèmes ensachés la qualifient. Ne plus savoir où se trouve son sac c’est ne plus comprendre où l’on en est soi-même.

L’acte sexuel

Nous avons définitivement admis que les rêves (faussement) érotiques devaient impérativement ne pas être confondus avec les véritables rêves sexuels.
Cette partie étant importante voici une pincée d’exemples pour vous y accoutumer davantage : une clé (objet aux caractéristiques approchant de la définition du sexe masculin) ne coïncide plus avec une serrure (contenant / féminin) = histoire sentimentale clôturée. Un four à micro-ondes (contenant) dont sort une banane (fruit oblong) flétrie (on imagine pourquoi, et avec qu’elle fugacité).
La rencontre sentimentalo/sexuelle est souvent évoquée par un accident automobile. Les personnes en cause n’y seront pas évoquées distinctement, mais grand choc et dégâts il y aura quand même si c’est extra conjugal. Très habituellement les dégâts causés par ces incidents de la vie affectent la maison, car la maison représente généralement la famille.

L’acte sexuel en lui-même dispose de peu de ressources pour être représenté : ce sera un escalier que l’on gravit qui en sera le révélateur, parfois une échelle équivaudra à cet escalier ou bien encore l’escalade d’une montagne si la « chose » s’est produite à la campagne par exemple (avec mille réserves). Ce principe est facile à retenir, la difficulté résidera dans votre capacité à ne pas le louper lorsqu’il se présentera.

Dans un de mes précédents essais rédactionnels j’avertissais ainsi le lecteur à propos des ouvrages qui traitent de l’interprétation des rêves : « Si vous souhaitez acquérir un ouvrage qui traite de la compréhension des rêves, faites lui subir le test de l’escalier. Si en face de ce mot il n’est pas dit que cela concerne les relations sexuelles, c’est que ce livre ne vaut rien ». Je maintiens cette affirmation. Que ce genre de rêve touche aussi à une ascension sociale à une évolution personnelle, pourquoi pas ?, mais actuellement je ne peux me déterminer catégoriquement. Il est de toute façon insuffisant de ne pas mentionner cette possibilité d’acte sexuel qui doit mettre votre attention prioritairement en éveil. J’insiste : prioritairement.
Une dame raconte : Un monsieur grimpe un escalier emportant sa motocyclette rétro sous son bras. Vous ai-je suffisamment dit que les choses peuvent représenter des gens ? Si vous dessinez un chapeau melon accompagné d’un parapluie vous aurez esquissé une caricature du britannique typically british. En arrivant au boulot vous pouvez voir la voiture de Ricardo, et en conclure « Tiens, Ricardo est rentré de vacances ». Certaines choses personnifient tellement les gens qu’on peut les identifier à elles. Ainsi ce monsieur qui grimpe cet escalier serait susceptible de faire l’amour avec, avec . . . ? Avec une dame je pense ; j’imagine qu’il apprécie cette dame car c’est un motard très attaché à l’objet exclusif de sa passion. Cette dame n’est plus tout à fait juvénile car la moto est rétro, vous aussi Madame. Comme vous partagez cette passion je suppose que vous êtes très intime au point qu’après vos ballades routières il vous emporte très haut vers le septième ciel en empruntant ce virtuel escalier. Certaines activités rythmiques, balancement d’un voilier par exemple, semblent évocatrices de l’acte sexuel, ouvrez l’œil.

A l’inverse je dirais que tout ce qui est glissade va en sens inverse, il n’y a plus d’activité sexuelle. Freud y voit de l’auto-érotisme ; j’ai l’impression que le rêve déplore l’absence de sexualité. Ces glissades sont réalisées au travers de mille mises en scène : du ski tout schuss, au parc de loisirs dont on dégringole la cascade magique en dinghy, en passant par un merveilleux palais, peuplé de jolies filles, dont les escaliers ont été remplacés par des plans inclinés où l’on dévale, tout peut exister.

Le rêve n’a pas de limites pour créer ces situations dans lesquelles il nous plonge, en voici une autre qui enrichira notre connaissance du défaut de relations sexuelles dans un couple. Je ne me suis pas permis d’être trop curieux, mais vous verrez que ce rêve montre que si deux personnes s’entendent comme un frère et une sœur peut s’entendre, ils n’ont pas un véritable fonctionnement de couple. Cependant il est possible que ce rêve insiste davantage sur le fait qu’il n’y ait pas désir d’enfant étant donné que la scène se passe à l’état civil. Je vous le propose pour vous montrer que le rêve peut opérer un « décalage » qui est très désorientant, mais qui reste compréhensible.
« Je suis avec ma petite amie dans une espèce de bureau administratif, car ma petite amie demande un renseignement.
Elle pose sa question, la dame répond, et dans sa réponse, cette dame sous-entend que ma petite amie et moi sommes frère et sœur. Surpris par cette erreur, je regarde ma petite amie, pensant qu’elle allait corriger l’erreur de cette dame. Mais elle ne réagit pas, ne dit rien. Mon rêve s’arrête là
. »

Dans cette rubrique, mais sur le versant plus sentimental, nous devons mentionner les incendies qui ravagent tout et qui sont bien sûr ceux de la passion ; les cendres qui en résultent quand celle-ci s’éteint. Souvent il y a des personnes, à sauver (les enfants) des victimes inconnues (conjoints). Le pompier (?) avec sa lance (?) est souvent appelé au secours, parfois on ne voit pas pourquoi tout le monde s’affole. Ce feu qui nous concerne peut être déplacé par le rêve, à nous alors de retrouver des points communs avec notre situation personnelle : site, étage, place dans l’immeuble, autre détail que le rêve aura transposé ou déformé etc.
Les bonbons et pâtisseries peuvent évoquer le plaisir du flirt et des petites gâteries amoureuses qui n’atteignent pas jusqu’à l’acte de chair, celui-ci peut être tout simplement représenté par une commande en boucherie. Je connais un exemple d’histoire d’amour qui vira à la tendresse et la rêveuse en lieu et place d’une commande de viande qu’elle passa se vit dotée de pâtisseries lorsqu’elle vint la quérir.
Attention un incendie peut aussi, et c’est compréhensible, montrer une urgence, voire si elle s’applique à la santé une inflammation. En ce cas certains indicateurs seront placés par le rêve pour baliser la piste à suivre : une personne dont on sait qu’elle prend un lourd traitement par exemple sera présente dans le rêve, parfois en simple figurante. Ces indicateurs, véritables balises, auront trait à la santé d’une manière plus ou moins directe. Je ne postule pas que le rêve nous renseigne sur notre santé par des signes avant coureurs comme cela est prétendu ici ou là, qu’il aurait en quelque sorte une prescience. Mais si certains signaux, que nous constatons tout à fait, peuvent être négligés encore et encore, le rêve se chargera de tirer la sonnette d’alarme en notre nom en temps utile. Après ce ne sera pas son genre de nous répéter : Tu vois, si tu m’avais écouté ! puisqu’il est là pour nous aider et non pas nous accabler.

Découvrez les différents type de rêves

Facebooktwittergoogle_plus